Assis dans l’herbe, je contemple cette arche rocheuse. Les rayons du soleil créent un effet carte postale. On se croirait dans une méga production avec Sharma et Ondra, les cris en moins. De plus près, changement de décor. Le rocher idylique n’est que béton projeté, l’herbe n’est que poussière et le soleil n’est qu’ombre. Fred me rappelle à l’ordre. « Flo, tu rêves? C’est le pont du Diable ici! »

Si tu n’as qu’une heure, ou pas le courage de sortir ta grosse corde et tes dégaines vintage, ramène carpette et chaussons, ici c’est pour s’éclater les doigts! Quel doux spectacle que d’observer ces grimpeurs ballerine évoluer au ras du sol, en quête d’air pur. « Dis-moi David, on n’irait pas en salle plutôt que de se torturer ici? » « Flo, le pont représente une préparation optimale pour Freyr. Crois-moi. »…

Florian, David, Ben et Fred au Pont du Diable

Après les rêves… action

Quelques mois plus tard, en plein milieu du secteur de l’Al Lègne à Freyr. Les deux mains dans les inversées de Duel au Soleil, j’essaye de me reposer pour la suite nommée Big Bang. Je me lance… Je suis déjà à trente-cinq mètres du sol et il en reste au moins quinze. Félix m’assure, il est tout petit vu d’ici. Je suis déjà tombé une fois juste après. Tout est parfait pour mettre un maximum de chance de mon côté : pas trop chaud, dégaines rallongées par endroits pour réduire le tirage, corde bien fine pour être le plus léger possible, bon état de forme physique. Il n’y a plus qu’à tenir mentalement pour rester zen et concentré.

Florian Castagne dans Banegger 8a

Souffler souffler

Freyr peut réserver une gestuelle exigeante, millimétrée et où il ne faut pas faiblir. Je m’élance dans le dernier bombé et tout se passe bien, je me bats contre les avants-bras qui gonflent. Quelques frayeurs dans la traversée sur prises plates juste avant le petit repos. Le mur se redresse et je ne peux plus voir ce qui se passe en bas, je suis seul. La corde est mon seul lien avec mon assureur en qui j’ai totale confiance.

Florian Castagne dans Banegger 8a

Apprécier

La dernière dégaine avant le relais est mal placée. Je préfère la passer pour assurer chaque mouvement. Rester calme. Enfin le relais, tout en haut de la face. Quel voyage! Merci Bibiche et Pico d’avoir ouvert cette ligne. Quel bonheur, je peux redescendre d’un coup avec les cents mètres de corde. Félix me dit qu’il n’a jamais assuré avec une corde si fluide: « Elle sort toute seule du grigri. C’est super agréable! »

Rester vigilant

Agréable oui, à condition de la mettre entre les mains de grimpeurs expérimentés et attentifs. Certains systèmes d’assurages pourraient s’avérer moins efficaces pour des cordes si fines. Même les appareils dits auto-bloquants pourraient ne pas s’activer. Il faudra redoubler de vigilance dans ces mouvements. En tout cas quelle différence par rapport à une corde de 9,8 millimètres.

La journée se termine bien et nous partons le cœur léger. Freyr nous réserve encore bien des challenges, de quoi remplir une vie de grimpeur. C’est une chance d’avoir une falaise de caractère de cette qualité près de chez nous. Quelle école pour s’affuter et être prêt à parcourir le monde avec nos chaussons.

Florian et l’alpiniste-crayon. Corde Opéra de Béal, 8,5mm, 48gr par mètres, la première corde à simple aussi légère! Corde brevetée pour une utilisation à simple, à double ou jumelée, parfaite pour une utilisation polyvalente en montagne…

Quelques conseils pour entretenir sa corde

  • Après l’achat, dérouler sa corde en anneaux, en la faisant tourner sur elle-même.
  • Utiliser un sac à corde pour la protéger de la poussière.
  • L’entreposer dans un endroit propre, sec et à l’abri du soleil.
  • Rallonger ses dégaines pour éviter le tirage et le frottement du rocher. L’élasticité sera meilleure et la chute plus douce pour vous et la corde.
  • Se vacher à la dernière dégaine après plusieurs vols consécutifs pour laisser la dégaine se refroidir et la corde se reposer.
  • Éviter d’utiliser une corde de faible diamètre pour faire des moulinettes à répétitions.
  • Lui faire prendre un bain froid sans savon (pour faire sortir la poussière). Il existe aussi des produits spéciaux pour laver sa corde, voir en magasin.
  • Vérifier de temps à autre sur toute la longueur qu’il n’y ai pas de coups ou autres signes d’usure.
  • Couper les premiers mètres d’une extrémité si l’usure est plus forte. Il est alors avantageux d’avoir une longue corde (ex : 80m) pour avoir encore de quoi faire.
  • Éviter de faire tomber sa belle corde toute neuve dans la Meuse après avoir grimper Cocaïne Fingers sur la Tête du Lion.